Archives mensuelles : mai 2016

Une élève incomparable

Ce soir mardi 30 mai 2016, vous me voyez encore le plus heureux des hommes !

Car une nouvelle stagiaire, mezzo-soprano, qui vient de passer cet après-midi même avec moi, recevant ainsi son 1er cours de chant à l’italienne vient, dès son départ de chez moi, de m’envoyer le message qui suit, que j’inscris également dans le livre d’or tellement, avec autant de simplicité, il est exceptionnel, magnifique !

Sans autre commentaire.

Le voici :

Merci Roger
Pour cette belle première journée que vous avez bien voulu m’accorder.
Le soleil, vous l’avez dans le coeur et j’ai hâte de vous revoir pour progresser dans l’art du Bel Canto
que vous partagez avec aisance et si bien.
Amicalement

Marie Pierre”

 

Angelo LOFORESE

Bonjour,

Je voudrais aujourd’hui attirer votre attention sur ce ténor, né à Milan en 1920, toujours présent parmi nous, âgé de 96 ans !

C’est un excellent ténor et, comme vous le verrez dans les vidéos ci-dessous, il chante encore à 92 ans, grâce à la technique italienne traditionnelle qui est celle qui l’a accompagné durant toute sa carrière.

Vu son âge, vu sa raideur arthrosique, ce n’est pas parfait bien entendu, et pas toujours très au ton.

Mais sans cette technique, il est bien évident qu’il ne pourrait pas faire ce que je considère comme un exploit !

Un exploit, oui, du au soutien de la voix, la “Posizione Alta” qui donnent le brillant à la voix, et  à la respiration diaphragmatique, trois des points fondamentaux de notre technique de chant. Bien entendu, il a du mal à se redresser, même à ouvrir la bouche, mais regardez bien quand il chante et prépare une note aigüe, au niveau de la ceinture de son pantalon, vous constaterez la rentrée abdominale qui compense le mal qu’il a à se redresser !

Bien entendu, à cause de sa raideur rachidienne, le soutien diaphragmatique est limité au jeu des muscles abdominaux. Le timbre est aux 3/4 perdu vu son âge, mais la beauté du chant est toujours présente grâce à la Posizione Alta, la dernière qualité qui lui reste à 100% et qui lui permet de chanter jusqu’au contre-ut. Totalement oublié, perdu de nos jours, je reste le seul à l’enseigner encore.

Ci-dessous, écoutons la fin du célèbre “Nessun dorma“, extrait de l’opéra Turandot, au cours d’une répétition à Tokyo le lendemain de son arrivée au Japon :

Puis, extrait de l’opéra “La Bohème” de Puccini, le duo d’amour de la fin du 1er acte. Extrait plein d’humour qui plus est :

J’espère que ce moment restera comme un sourire dans votre esprit, et confortera le fait qu’il n’existe qu’une seule technique pour chanter, bien et longtemps l’opéra : la technique traditionnelle italienne !

Encore une fois, je suis à la recherche d’enseignants désirant la connaître et l’enseigner également.

N’est-ce pas une bonne idée, afin de sauver l’opéra en permettant aux artistes de s’exprimer en pleine musicalité, avec facilité face aux difficultés de la partition, en toute sérénité toute leur vie durant ?

Merci, Angelo Loforese, pour cette splendide leçon de vie !

Un grand avenir l’attend…

Bonjour chers lecteurs,

Rentrant d’une tournée d’un mois, et après une semaine surchargée, c’est avec grand plaisir que je trouve enfin le temps de “jeter” quelques réflexions sur le chant bien sûr, sur la vie en général !

Merci de bien vouloir lire, sur la page “Courrier des Lecteurs” la lettre que je viens de recevoir de Philippe, un amoureux du BelCanto, un passionné de chant lyrique.

Par ailleurs, j’ai plaisir à vous informer qu’une de mes élèves de Genève vient d’être reçue à un examen de chant, au dessus des autres concurrents, avec les félicitations du jury.

Elle conclue cette information en disant, je cite :

Tu comptes pour moi, et si j’ai réussi à épater le jury mardi dernier c’est en grande partie grâce à toi”.

Le reconnaitre et l’exprimer par écrit, ce genre de compliment est tellement rare qu’il vaut la peine d’être signalé.

Merci BARBARA pour ton talent, ton coeur “gros comme çà” !

D’un passionné de chant, d’un humaniste

Voici la lettre reçue ce jour d’un homme passionné de chant et d’opéra.

C’est certainement un grand humaniste dont les paroles réchauffent l’esprit et le coeur par les tristes temps qui courent. Je cite :

Cher Monsieur,

D’abord merci pour votre élan de générosité ; il n’y a rien de plus précieux que la transmission. Nous ne sommes sur terre qu’avec cette conscience.

Votre site me donne envie d’en savoir plus, à tel point que lorsque vous proposez de vous rencontrer, j’accepte cette idée.

Je chante depuis peu après avoir intégré un choeur lyrique et en prenant, en parallèle, des cours de chant. Je suis dans la région lyonnaise.

Je suis heureux de chanter et chante depuis toujours comme nombre d’êtres humains.

A l’âge de 10 ans, le cadeau de Noêl que j’ai demandé fut un 33T de LUIS MARIANO : la première année “Violettes impériales”, l’année sivante “le Chanteur de Mexico”.

Depuis plusieurs mois je découvre les ténors, car je n’en connaissais que 3 : “les 3 ténors”, c’est vous dire !

J’ai apprécié dans vos écrits le dévouement, la précision, l’humilité, la bienveillance et l’amour de donner aux autres ce que l’on vous a donné.

Pour tout cela : Merci !

Bien cordialement

Philippe